L'infection urinaire

= prolifération microbienne touchant l’appareil urinaire
Fréquente surtout chez la femme (urètre court)
Infection nosocomiale la plus fréquente
Sporadique ou à répétition
FF : grossesse, diabète, troubles de la prostate chez l’homme âgé, personnes sondées, relations sexuelles…
Germes : nombreux mais Escherichia Coli +++

Selon la localisation :
- cystite = vessie
- pyélonéphrite = rein
- prostatite = prostate

1/ Sémiologie

La cystite

- brûlures mictionnelles +++
- pollakiurie +++
- sensation de pesanteur pelvienne
- pyurie = présence de pus dans les urines (troubles et nauséabondes)
NB : pas de fièvre, ni de douleur lombaire !


La pyélonéphrite

- Idem que la cystite
- Douleurs lombaires brutales et unilatérales
- fièvre, frissons
- AEG

La prostatite

- brûlures mictionnelles
- pollakiurie
- douleurs pelviennes irradiant parfois dans les fosses lombaires
- fièvre, frissons
- AEG
- TR très douloureux

2/ Examens

BU (hyperleucocyturie, hématurie)
ECBU +++ (bactériurie)
Biologie = VS, CRP, HAA
ASP pour éliminer les lithiases
Echo rénale…

3/ Traitements

ATB (parfois TT minute pour les cystites = dose unique)
Hydratation importante
Hygiène locale
Uriner après les rapports sexuels
Si patient sondé et pas de fièvre = colonisation = pas de TT
Si patient sondé + fièvre = infection = TT + changement de sonde

4/ Complications

Cystite > pyélonéphrite aigue (rare), récidive

Pyélonéphrite > abcès rénal, insuffisance rénale, choc septique

Prostatite > anurie, abcès de la prostate

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire