La maladie de Lyme

= maladie infectieuse bactérienne, non contagieuse, transmise par l'intermédiaire d'une piqure de tique infectée.
Également appelée borréliose de Lyme car la bactérie en question est une borrélie.
C'est une zoonose = une infection transmise à l'homme par la piqûre d'une tique (vecteur) qui se nourrit sur les humains et les animaux, qui forment alors un réservoir naturel de bactéries.
 
Maladie en nette progression, présente mondialement, enjeu majeur de santé publique car méconnue, sous-évaluée et sous diagnostiquée avec une clinique polymorphe...
NB : Son nom vient de la ville de Lyme (Connecticut) où elle a été reconnue pour la première fois en 1975.


Spirochètes

1/ Étiologies

A) Le germe = une borrélie

Bactérie qui appartient au groupe des spirochètes = serpentiforme et spiralée
Parmi les centaines de borrélies = le complexe Borrelia Burgdorferi Sensu Lato (qui regroupe plus de 20 espèces) est à l'origine de la maladie de Lyme.

B) Le vecteur = la tique

La transmission de la maladie de Lyme se fait par des tiques
de la catégorie des Ixodes.
20 à 50% de ces acariens sont infectés par les borrélias.
Jusqu'à 100% dans certains Etats américains. En France = 30 % des tiques sont contaminées...
La répartition géographique de la maladie de Lyme est liée à celle de son principal vecteur = zones tempérées + humides + boisées, comme celles de l’hémisphère nord.
La tique s'infecte lors d'un repas sur un animal contaminé, reste infectée toute son existence et peut transmettre la bactérie à toute sa descendance (1 ponte = 20 000 œufs !)
Actuellement des recherches sont en cours : les tiques ne seraient pas les seuls vecteurs de la maladie de Lyme, certains autres insectes hématophages seraient également concernés (moustique, taon, puces, mouches...)

L'érysipèle

= dermo-hypodermite bactérienne aiguë à streptocoque, touchant le plus souvent les membres inférieurs (= infection bactérienne atteignant le derme et l'hypoderme)
Moins fréquents, certains érysipèles peuvent atteindre le visage (5 à 10% des cas)

Maladie fréquente qui touche essentiellement les adultes de plus de 40 ans
NB : un érysipèle ou érésipèle :) 

1/ Étiologies de l'érysipèle

Le germe en cause est le souvent un streptocoque béta-hémolytique du groupe A
Toutefois d'autres germes peuvent être retrouvés : autres streptocoques, staphylocoques, bactéries BG-...

Classiquement, cette infection fait suite à la présence d'une porte d'entrée = plaie, ulcère de jambes, fissure talonnière, dermabrasions, intertrigo, lésions de grattage, eczéma...

Sur un terrain favorisant :
- Insuffisance veineuse
- Lymphœdème 
- Obésité
- Diabète
- Immunodéficience

2/ Sémiologie

Tableau de grosse jambe rouge douloureuse, aiguë et fébrile :

(healthh.com )

- Début brutal
- Hyperthermie élevée (40°), accompagnée parfois de frissons
- Placard érythémateux inflammatoire, avec rougeur et œdème bien délimités
- Douleur et chaleur à la palpation
- Adénopathies associées
- Parfois, décollement de l'épiderme avec présence de lésions bulleuses superficielles 


- Parfois, présence d'un bourrelet périphérique si localisation au visage

Le psoriasis

= maladie inflammatoire et chronique de la peau, non contagieuse, qui se caractérise par l'apparition de lésions érythémato-squasmeuses

Maladie très fréquente, qui touche 2 à 5% de la population européenne, et autant les hommes que les femmes
Évolution par alternance de poussées et de phases de rémission
Clinique polymorphe et de localisations variées = cuir chevelu, visage, genoux, coudes, dos, plis inguinaux, aisselles, palmo-plantaire...
 

1/ Physiopathologie du psoriasis

C'est une affection de l'épiderme et du derme à l'origine d'une dermatose érythémato-squameuse = taches rouges recouvertes de squames
En cas de psoriasis, les cellules de la peau se renouvellent à un rythme beaucoup trop rapide et finissent par s'accumuler en formant des croutes.
Les cellules psoriasiques mettent ainsi seulement 3 à 4 jours pour arriver à maturité et se détacher de la surface de la peau, alors qu'habituellement, le cycle de renouvellement des cellules de la peau est normalement d’une trentaine de jours.
On constate plusieurs phénomènes :
- Une hyperprolifération des kératinocytes (cellules de la peau)
- Des troubles de la différenciation des kératinocytes = cellules anormales
- Ainsi que des processus inflammatoires complexes

Pansement avec ablation de fils

suture fils ablation points infirmier pansement
(santeetchi.blogspot.fr)
= méthode consistant à enlever des sutures cutanées sur une plaie en voie de cicatrisation à l'aide d'un bistouri ou d'une lame
Selon prescription médicale ou protocole

Les fils sont stériles et peuvent être résorbables (tomberont seuls plus ou moins rapidement (de 10 à 60 jours) par protéolyse ou hydrolyse, ou non résorbables (nécessiteront un retrait). Ils sont en monofilament ou tréssés, naturels ou synthétiques et de différents calibres.
Les points peuvent être profonds ou superficiels...

1/ Indications

Plaie cicatrisée
Plaie sous tension (hématome, pus...)
Dépistage d'un retard ou d'une absence de cicatrisation

2/ Déroulement du soin

Rappel des principes de base pour tous types de pansement
Cf fiche pansement simple stérile

En plus :
- Rassurer le patient =  soin désagréable mais peu douloureux et rapide
- S'assurer de la prescription = ablation totale des fils ou seulement 1 sur 2 ?
- Utilisation d'un bistouri stérile ou d'une lame stérile permettant de couper les fils
- Ne jamais faire pénétrer une partie externe du fil, considérée comme sale, dans la plaie !
- Toujours vérifier que le point soit entier
- Toujours tenir le bistouri de manière à ce que la lame soit tournée vers l'extérieur